Comment s’établit le projet d’une rhinoplastie, et comment en prévoir le résultat ?

 In Franchir le pas

Réalisé en commun par le patient et le chirurgien, le projet opératoire est un moment capital avant la réalisation d’une rhinoplastie. La programmation d’une rhinoplastie passe en effet nécessairement par la réalisation d’un projet très précis qui détaillera les objectifs et les moyens de l’intervention. Aussi les consultations pré-opératoires sont-elles essentielles pour ce type d’intervention car une entente parfaite est indispensable entre le futur opéré et le chirurgien.

Apprécier les modifications susceptibles d’améliorer l’harmonie d’un visage est à la fois subtil et simple. L’évaluation portera non seulement sur les défauts à corriger mais également sur le retentissement psychologique et la fonction respiratoire nasale.

Le chirurgien sera très attentif aux demandes de correction car tout n’est pas réalisable, même si la plupart des objectifs peuvent être atteints : il n’est pas rare que le (ou la) futur opéré apporte des photos de « magazine people » montrant un mannequin ou un artiste présentant le nez désiré : « voici le nez que je veux…» Mais, très souvent, le modèle proposé présente également d’autres critères de beauté dont le patient n’a pas toujours notion… Méconnaître l’aspect psychologique de cette demande, c’est risquer un échec, alors même que le résultat morphologique peut être très satisfaisant.

« Est ce que vous pouvez me faire n’importe quel nez de mon choix ? »

Non bien entendu et cela n’est pas souhaitable. Le chirurgien devra expliquer clairement ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas car la technique opératoire ne remplacera pas la qualité des tissus ni le reste du visage.

Aussi, il est surtout important d’éviter les stéréotypes de modes pour ne réaliser que des « nez naturels » adaptés à chaque cas. Ainsi lors de l’établissement de ce projet opératoire, il est important de dégager les anomalies exprimées de façon précise par la patiente et que le chirurgien aura bien intégré dans sa stratégie chirurgicale.

Les anomalies de structure du nez comme une bosse ou une pointe large sont très vite signalées mais il faudra aussi faire ressortir également de nombreux détails : la qualité de la peau, une éventuelle asymétrie des narines, une déviation modérée de l’arête, et toutes les anomalies susceptibles d’être des difficultés chirurgicales supplémentaires (par exemple un angle comblé entre le nez et le front dont la correction est particulièrement délicate.)

« Peut-on empêcher que durant le sourire la bosse s’accentue ? »

L’analyse esthétique du nez doit se faire au repos et durant le sourire Lors du sourire, la pointe du nez est attirée vers le bas par le mouvement des lèvres qui s’étirent, ce qui accentue le relief de la bosse du nez vue de profil.

En effet certains nez sont caractérisés par l’existence d’une bosse homogène au repos qui s’intègre parfaitement avec le visage, et par contre d’une accentuation très marquée de la bosse au sourire.

L’entourage n’est habituellement pas sensible à cette notion et il n’est alors pas rare d’entendre « je trouve que ton nez te va bien et qu’il te donne du caractère »…

Tout cela est vrai, certes, mais au repos seulement. Par ailleurs toutes les photos qui sont prises en famille ou durant les moments de détente se font le plus souvent en ambiance de fête et l’on sourit volontiers sur ces photos…, photos que l’on finit par fuir pour éviter ce « profil disgracieux ». La chirurgie pourra corriger ce « défaut au sourire ».

« Une opération de la cloison nasale corrige aussi la forme du nez ! »

Non ! sauf cas exceptionnel … et particulièrement difficile de nez dévié à la suite d’un traumatisme ayant transformé une cloison nasale normalement rectiligne en lui donnant la forme d’un accordéon.

Par contre, pour espérer réussir une bonne correction dans de telles situations, une chirurgie complète doit être proposée, qui va devoir rectifier toutes les parties constituant le nez.

A propos de la Rhinoplastie